Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

[mc4wp_form id="6"]

“Petite fille” un documentaire sur la dysphorie de genre

“Petite fille” est un documentaire de Sébastien Lifshitz diffusé sur ARTE. Le réalisateur suit la trajectoire d’une enfant transgenre et le combat de sa famille pour faire bouger les lignes. Le documentaire montre avec justesse et pudeur le combat de cette famille pour faire accepter Sasha telle qu’elle est, notamment à l’école. 

A travers le regard de Sasha nous découvrons la dysphorie de genre, une différence encore peu considérée et acceptée. Nous suivons alors la détresse de la jeune fille face au sentiment d’inadéquation entre son sexe assigné et son identité de genre. Née dans un corps de garçon, Sasha, 7 ans, se sent petite fille depuis plusieurs années.


À force de douceur et de patience, le cinéaste Sébastien Lifshitz (Les invisibles, César du meilleur film documentaire 2013, Adolescentes) a apprivoisé la famille de Sasha, obtenant le privilège de suivre l’enfant dans son quotidien pendant une année. Avec pudeur et empathie, il a placé sa caméra à sa hauteur pour capter les moments passés en famille dans sa maison du nord de la France, tout autant que les séances chez la pédopsychiatre à Paris. Pas à pas, dans ce magnifique portrait d’enfant, l’épanouissement de Sasha affleure à mesure qu’elle remporte des victoires sur l’hostilité du monde extérieur à tout ce qui s’écarte de la norme. Avec Petite fille, le réalisateur réussit un vibrant hymne à la tolérance et à la liberté, autour d’une famille unie dans un même combat pour faire comprendre et accepter la différence.”

Pour voir le documentaire

Source: Arte.tv

Plusieurs psychanalystes, psychiatres, pédiatres, initiateurs de l’Observatoire des discours actuels et des pratiques médicales sur l’enfant et l’adolescent, réagissent au documentaire. : https://www.marianne.net/agora/tribunes-libres/lhumain-est-contraint-il-ne-peut-pas-tout-la-tribune-de-pediatres-et-psychiatres-sur-le-documentaire-petite-fille

“La clinique se doit d’accompagner, d’entendre le symptôme, d’éviter tout passage à l’acte irrémédiable surtout chez des sujets en cours de développement et d’autre part permettre une élaboration où la vie psychique se construit, et donne le temps aux réalités interne et externe de se préciser et de s’articuler.”