Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

[mc4wp_form id="6"]

Les premiers pas vers l’autre

Dix mois dans la vie d’une classe de moyenne section de maternelle. Toute une année scolaire en compagnie d’enfants de 4 ans qui, au fil des semaines, deviennent plus autonomes. La caméra de Valeria Lumbroso a filmé au plus près ces futurs adultes, leur ouverture au monde et aux autres. Retour en enfance.

Deux attendrissants petits garçons qui s’enlacent de longues minutes sans plus vouloir se lâcher ; puis ces deux autres, pourtant amis, à qui l’on conseille d’aller discuter pour se réconcilier. Là, cette petite fille qui aimerait bien s’amuser avec ceux qui jouent à s’attraper, mais que ses camarades refusent délibérément d’intégrer ; plus loin, enfin, ces garçons qui se disputent pour récupérer des roues, objets de toutes les convoitises dans la cour…
Tranches de vie, scènes émouvantes ou édifiantes du ­quotidien dans une classe de moyenne section de maternelle. Ou comment de jeunes enfants âgés de 4 ans apprennent chaque jour à évoluer en société, à prendre peu à peu en compte les autres, leurs désirs, leurs différences, parfois aussi leur ­violence. L’humanité en miniature, en plus naïf, en plus touchant… L’humanité qui se découvre.
C’est dans la classe de David Rolland que Valeria Lumbroso a filmé, pendant toute une année scolaire, une section de ­maternelle, ses chefs de bandes et les solitaires, les petits durs et les doux rêveurs, les rebelles et ceux qui veillent au respect de la règle… Elle a capté leurs jeux, leurs liens, leurs disputes. Et, au fil des mois, leurs progrès. Elle a saisi comment ces jeunes recrues — certaines âgées de trois ans et demi en début d’année — deviennent plus autonomes, plus attentives, plus ­réceptives. Et comment, surtout, elles s’ouvrent peu à peu à ceux qui les entourent. Au mois de septembre, explique le maître, « certains, ne peuvent pas avoir d’amis. Ils en ont envie, mais ne sont pas tout à fait disponibles pour faire un pas vers l’autre. La relation suppose de la part de chaque enfant un compromis : la compréhension de ce que vit l’autre, de ce qu’il attend. (…) Leur vie intérieure, leur immaturité font obstacle. »
Les mois passant, les enfants acquièrent ce que les scientifiques nomment « la théorie de l’esprit » : ils prennent en compte le point de vue de l’autre. Marie-Hélène Plumet, chercheuse en psychologie du développement à l’université Paris-Descartes et à l’Inserm, les soumet, à différents moments de l’année, à des exercices pratiques mesurant l’évolution de leur perception. Ils découvrent, lorsqu’ils gagnent en maturité, que les autres n’ont pas toujours eu les mêmes informations qu’eux et que cela conditionne leurs réactions.
Totalement en immersion, la caméra suit ces êtres en devenir et donne à voir ce qu’ils seront peut-être demain. Des leaders ­positifs qui, déjà, au sein de la classe, organisent les activités, stimulent les autres ou des leaders agressifs qui cherchent à commander en imposant leur point de vue. Tandis que d’autres sont plus ­placides… Petites graines d’adultes. La nouvelle génération. » Isabelle Ducrocq – France 5

Les premiers pas vers l'autre – Documentaire à voir en ligne

Photo © Maria Roche