Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

[mc4wp_form id="6"]

Avez vous vu le documentaire de Thomas Balmès : bébés?

Posted on

Quatre bébés nés dans les quatre coins du monde sont filmés pendant leur première année de vie. Sans commentaire, ils évoluent sous l'oeil de la caméra, pour notre plus grande joie (et expertise!). Ces explorateurs intrépides nous amènent à vivre des expériences inédites et nous ramènent à un temps où nous n'avions pas encore le langage… Au délà de l'expérience personnelle, c'est aussi un incroyable moment d'observation clinique où psychologie transculturelle, parentalité et développement de l'enfant cohabitent.

 

Nous vous invitons à visionner la bande annonce

Christine Ascoli- Bouin, directrice du Copes, a été interwievée par Le Parisien pour l'occasion de la sortie du film :

Elle a l'oeil exercé à l'observation des tout-petits. Psychologue, psychothérapeute et directrice du Copes, un centre de formation pour les professionnels de la petite enfance, Christine Ascoli-Bouin, a vu le documentaire « Bébés » en avant-première.

Pour quelle raison les tout-petits fascinent-ils autant ?
Il y a encore de l'innocence chez eux. Les bébés livrent un regard très tendre sur les humains, en opposition avec le monde extérieur, souvent très dur.

En temps de crise, sont-ils une valeur refuge ?
Oui. Même si l'émerveillement qu'ils procurent est intemporel. Avec eux, on ne triche pas. Comme le documentaire est bien fait, on retrouve le langage qui leur est propre. On régresse pour pénétrer dans leur univers. Et ça marche. Ces quatre petits parlent à tout le monde.

De quelle façon ?
Enfouis dans notre inconscient, nous avons tous des souvenirs de cette période fondatrice de l'existence. Observer un petit qui va bien revient à se brancher sur la partie « bébé » de notre mémoire. Plus que des souvenirs, ce sont les émotions primitives qui remontent alors à la surface. Du coup, comme ces bébés sont heureux, dans un état de sécurité affective évident, ils suscitent du bonheur chez les spectateurs.

Quelles leçons peut-on tirer de ce documentaire ?
On pense souvent à tort que, dans notre culture occidentale, on est les plus aptes à élever les bébés. Le documentaire, qui lutte contre l'ethnocentrisme, démontre que c'est faux. Il y a des différences culturelles, mais pas de hiérarchies. Ce film laisse aussi entrevoir les défauts de certaines de nos habitudes. Les parents occidentaux attendent beaucoup des bébés. On les hyperstimule trop.