Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

[mc4wp_form id="6"]

Une série de 5 reportages sur le haut potentiel intellectuel

Posted on

Diffusés par la chaine de télévision et de radio Suisse RTS, 5 reportages et documentaires sont à écouter sur la thématique du haut potentiel intellectuel.

Haut potentiel: mon QI, ma bataille

Résumé

“On les appelait autrefois surdoués ou enfants précoces, on dit aujourd’hui philo-cognitif, personne à haut potentiel (HP) et même zèbre. Ils ont un quotient intellectuel (QI) égal ou supérieur à 130. Et pourtant, leur intelligence très rapide et leur hypersensibilité peuvent être sources d’une grande souffrance à laquelle l’école ou le monde du travail ne sait pas toujours répondre. Mais le haut potentiel est aussi devenu un sujet de société à la mode. Alors que seuls 2 à 3% de la population sont concernés, les demandes de dépistage explosent auprès des psychologues. Qu’est-ce qui pousse de nombreuses personnes à passer un test de QI ou à le demander pour leurs enfants ? Le terme de «HP» est-il une étiquette pratique et rassurante que l’on colle parfois un peu vite sur le front d’enfants à problèmes ou d’adultes inadaptés ? “

Reportages de Raphaële Bouchet 
Réalisation : Jean-Daniel Mottet 
Production : Laurence Difélix

Episodes

1er épisode Cerveaux en ébullition 

Depuis quelques années et dans certains cantons seulement, les élèves à haut potentiel peuvent bénéficier d’un regroupement HPi (Haut Potentiel intellectuel): une demi-journée par semaine, ils quittent le cadre scolaire traditionnel pour travailler autour d’un projet personnel ou collectif. Reportage à l’école primaire d’Avry-sur-Matran, dans le canton de Fribourg, où Caroline Ireland répète avec ses élèves une pièce de théâtre qu’ils ont écrite autour du thème de la paix.

2e épisode Du sable dans la tête 

«Mon enfant s’ennuie terriblement à l’école». «Il est rejeté et par les camarades et par ses professeurs». «Je suis en dépression depuis longtemps». Ce soir-là à Sorens, près de Bulle, cinq parents et une adolescente participent au café-rencontre organisé par l’Association suisse pour les enfants à haut potentiel (ASHEP) . Ils y partagent leurs questionnements, leurs expériences et, surtout, leurs souffrances.

3e épisode Décalage permanent 

Psychologue et psychothérapeute à Lausanne, Anne-France Tille est spécialiste des personnes à haut potentiel, qui représentent environ 80% de sa patientèle. Aujourd’hui, elle reçoit Cédric, 42 ans, électricien, en burn-out depuis plusieurs mois. Il se reconnaît dans les traits que l’on prête aux personnes à haut potentiel et souhaite passer un test de QI pour confirmer son intuition.

4e épisode Le bonheur est dans le privé ? 

Depuis onze ans, l’école Germaine-de-Staël accueille des élèves à haut potentiel et «des enfants au cerveau curieux», précise sa directrice et fondatrice, Eve-Marie Koehler. Le programme proposé aux quelque 50 élèves est exigeant, mais adapté au rythme de chacun. Reportage au sein de l’établissement et dans la famille de Muriel, à L’Isle. Déçue par le public, elle a choisi d’offrir à ses enfants une école qui leur convienne.

5e épisode Le club des surdoué·e·s

Il n’y a qu’un seul critère pour adhérer à l’association Mensa: avoir un QI égal ou supérieur à 130. Fondée en 1946 en Angleterre, Mensa compte aujourd’hui 150 000 membres dans le monde – majoritairement répartis entre l’Europe et l’Amérique du Nord – dont 1500 en Suisse. L’association organise régulièrement des tests de QI pour la modique somme de 80 francs. À Genève, c’est Pierre Février-Vincent qui accueille la petite dizaine de candidats venus sonder leur intelligence.

Source : rts.ch