Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

[mc4wp_form id="6"]

ODAS / Protection de l’enfance : quand le confinement révèle des pistes d’amélioration

Jeudi 3 décembre 2020 l’Odas présentait les résultats de son enquête sur les effets du premier confinement sur la protection de l’enfance. Les enseignements tirés de cette crise permettront de mieux adapter les pratiques professionnelles en protection de l’enfance avec en ligne de mire une meilleure prise en compte des besoins de l’enfant.

L’Odas a pu mener une enquête cet été auprès d’un millier d’acteurs de l’enfance et de la famille de toute la France métropolitaine, toutes institutions et métiers confondus. Ceux-ci ont fait part de leur vécu et de leur ressenti sur l’impact que la crise sanitaire a eu sur les coopérations institutionnelles, les pratiques professionnelles, les relations avec les familles et les enfants et, plus largement, sur le bien-être des enfants accompagnés dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance. 

Si le confinement a révélé les faiblesses du secteur dont témoignent les personnes interrogées, il permet de mettre en avant des améliorations possibles, afin de contribuer à leur diffusion et leur pérennisation dans les pratiques quotidiennes.

Rappelons que la mobilisation du travail social n’avait pas fait l’objet d’orientations claires. À l’évidence, dans un contexte où le matériel de protection individuelle était largement insuffisant et où les équipements en téléphone et ordinateurs portables étaient très disparates d’un département à l’autre, les moyens d’action s’en sont trouvés réduits. Et on ne peut que regretter que les personnels sociaux et médico-sociaux n’aient pas été désignés intervenants de première ligne, notamment pour que l’école accueille leurs enfants.

Malgré ce contexte défavorable, certains professionnels ont paradoxalement eu l’impression de se recentrer sur leur cœur de métier et de prendre le temps pour interroger leurs pratiques et questionner le sens de leur action. 71,5% des acteurs de la protection de l’enfance interrogés considèrent d’ailleurs qu’il faut pérenniser certaines modalités d’agir apparues pendant le confinement.

Source : odas.net