Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

[mc4wp_form id="6"]

La Cyberpsychologie

Vendredi 27 mars 2020 : État des lieux de la cyberpsychologie

Samedi 28 mars 2020 : Les psychologues et les prises en charge à distance


Les enjeux liés à la cyberpsychologie sont nombreux et importants.

En tant que champ de recherche, elle n’a pas encore acquis en France l’extension et la visibilité qu’elle connaît dans les pays anglo-saxons, en particulier aux États-Unis et au Canada. Les travaux scientifiques concernent tous les sous-domaines de la psychologie et font souvent appel à une approche interdisciplinaire. Pour autant, ils rendent compte d’une évolution extrêmement rapide des pratiques des psychologues et les organisations de psychologues marquent un retard certain pour s’en saisir.

Pratiquement tous les champs d’intervention des psychologues portent une attention spécifique à ces questions. Les exemples abondent : le champ de l’éducation ou des relations familiales ; l’accompagnement du vieillissement et du handicap ; la psychologie sociale, du travail, des organisations et de l’ergonomie, notamment à travers des démarches de prévention des risques psycho-sociaux (ex. dispositifs de soutien psychologique, évaluations ou formations en ligne, etc.) ou des phénomènes en lien avec l’organisation du travail (risques liés à l’hyperconnexion, télétravail, etc. …) ; face à l’évolution des rapports sociaux, l’analyse et la prise en charge de sujets confrontés à des situations de dépendance ou de cyber-harcèlement ; les approches neuropsychologiques qui recourent aux Technologies de l’information et de la communication (TIC) notamment dans le cadre de remédiations cognitives…

Mais si les champs d’analyses et de pratiques sont nombreux, les psychologues sont concernés de façon élective par la question du soin et des pratiques thérapeutiques recourant aux TIC, telle que la télépsychologie – prestation de services psychologiques à l’aide des télécommunications – dont la visioconsultation est une illustration ; l’usage et la construction d’applications de santé mentale ou encore la prise en charge psychothérapeutique à l’aide de la technologie de la réalité virtuelle, pour ne citer que quelques exemples qui ont déjà donné lieu à des travaux visibles et soulèvent de nombreuses questions, qu’il reste à approfondir.

Néanmoins, c’est aussi la façon dont les psychologues structurent leur propre organisation de travail qui doit être pensée : impact des nouvelles technologies dans les évaluations, dans la tenue des dossiers, dans l’usage des sites web ou des réseaux sociaux en ligne pour l’offre de prestation, dans la diffusion de savoirs et la formation des professionnels, etc. La vitesse de l’évolution technologique, de ses réglementations et la façon dont les sujets et les groupes s’en saisissent posent en permanence de nouveaux défis. L’élaboration d’un cadre pour le respect des principes déontologiques et de l’identité professionnelle du psychologue, praticien ou chercheur, se pose de façon aiguë, dans un contexte national et européen où la e-santé, en fort développement et structuration, est aujourd’hui un enjeu majeur.

L’offre s’étend et le public, les clients, les usagers, les patients ayant recours aux services des psychologues – autant de termes dont la définition mériterait examen, mais dont on pressent combien elle est précisément transformée par l’introduction des TIC – sont en attente : comment être protégé de l’exploitation des vulnérabilités psychologiques auxquelles ces techniques exposent, mais aussi comment appréhender les profondes mutations dans l’accessibilité aux soins et dans les rapports à la connaissance des individus, des réseaux ou des groupes qui s’approprient les savoirs et contribuent à leur construction ?

Il est donc important de pouvoir à la fois encourager ces pratiques nouvelles, mais aussi d’être vigilant et réaliste quant à leurs limites. Les organisations de psychologues sont porteuses d’une responsabilité dans la réflexion collective qui accompagne et définit les pratiques professionnelles, actuelles et à venir, notamment sur le plan déontologique.

La manifestation proposée vise plusieurs objectifs :

  • Favoriser la rencontre entre chercheurs et praticiens, y compris d’ailleurs entre chercheurs qui méconnaissent les travaux conduits dans des champs connexes au leur du fait de la nouveauté des recherches en cours ;
  • Sensibiliser les psychologues, les usagers, les institutions aux questions soulevées par la cyberpsychologie de façon élargie ;
  • Approfondir une thématique plus spécifique : les prises en charge à distance ;
  • Inviter à la réflexion déontologique et éthique qui doit accompagner et soutenir l’introduction de la cyberpsychologie.